Chirurgie des yeux, la fin des lunettes ?

Chirurgie des yeux, la fin des lunettes ?

Est-ce la fin des lunettes ? Les techniques de chirurgie réfractive (c’est-à-dire considérant la cornée comme une lentille avec ses propriétés optiques) se sont diffusées largement pour le traitement de la myopie, de l’hypermétropie et de l’astigmatisme.

Dans l’oeil normal, la cornée sert à modifier le trajet des rayons lumineux afin qu’ils se focalisent sur la rétine. Dans la myopie, l’oeil est trop long et les rayons lumineux arrivent en avant de la rétine. Dans l’hypermétropie c’est l’inverse, avec un oeil trop court. Dans l’astigmatisme, c’est la cornée elle-même qui a des anomalies de courbure. Lunettes, lentilles et chirurgie ont pour but de modifier le trajet des rayons lumineux. Dans la chirurgie, c’est la courbure de la cornée qui est modifiée.

Il n’y a pas d’âge pour se faire opérer de la myopie et presque tous les stades sont accessibles à la chirurgie. Toutefois, la myopie doit être stable sinon on court le risque de la voir encore s’aggraver après l’intervention, ce qui est dommage. En cas de presbytie, l’intervention est encore intéressante car elle permettra, en traitant la composante myope des troubles visuels, de ne porter des lunettes que dans certaines circonstances, ou alors des lunettes plus légères.

Surtout avec la technique excimer de surface, il faut envisager une incapacité professionnelle plus ou moins prolongée si on a besoin de conduire, de lire ou de travailler sur écran. Une période de vacances semble la plus appropriée.

En définitive, compte tenu des bons résultats de la chirurgie réfractive, on ne devrait plus avoir de mauvaises raisons pour ne pas se faire opérer. Le seul inconvénient est le prix, puisque cette chirurgie n’est pas remboursée par la sécurité sociale. Il en coûte environ 1000 euros par oeil de dépassement d’honoraires, mais calculez ce que vous coûtent vos lunettes ou vos lentilles depuis des années

Après toutes ces bonnes nouvelles, il reste cependant une chose à ne pas oublier. Chez le myope, la chirurgie traite le trouble visuel mais l’oeil reste malade et nécessite comme auparavant une surveillance régulière de la rétine (risque de décollement) et du glaucome. Vous pensiez vous débarrasser aussi de votre ophtalmo ?